Pfizer apporte son soutien institutionnel à la CAMI Sport & Cancer pour permettre aux patients atteints de cancers hématologiques l’accès à une activité physique thérapeutique et adaptée

National 31.03.2022
Pfizer apporte son soutien institutionnel à la CAMI Sport & Cancer pour permettre aux patients atteints de cancers hématologiques l’accès à une activité physique thérapeutique et adaptée
Partenariat cancers hématologiques activité physique

La pratique régulière d’une activité physique thérapeutique soutenue et sécurisée apporte de nombreux bénéfices dans la prise en charge de la maladie[1] : lutte contre les effets indésirables des traitements, tant sur le plan physique que psychologique, amélioration de la qualité de vie des patients et des chances de rémission et réduction du risque de récidive des principaux cancers.

Afin de soutenir l’accès à ce soin de support, Pfizer et la CAMI Sport & Cancer ont conclu fin 2021 un partenariat visant à pérenniser l’offre de Thérapie Sportive proposée au sein des services d’onco-hématologie de Gustave Roussy et de l’hôpital Saint-Louis AP-HP à destination des adolescents/jeunes adultes (AJA) et adultes.

La Thérapie Sportive dès le début des traitements des cancers hématologiques : une chance supplémentaire dans la lutte contre la maladie

Les patients suivis dans le cadre d’un cancer hématologique (essentiellement pour une leucémie, un lymphome et un myélome) se retrouvent régulièrement contraints de vivre en milieu stérile, dans des chambres spartiates et isolés de leurs proches. Le cancer, ses traitements, l’alitement, l’isolement en milieu hospitalier sont autant de contraintes fortes générant des conséquences physiques et psychologiques au long-cours : déconditionnement physique, perte de masse musculaire et de souplesse, altération du sommeil et fatigue, arthralgies, anxiété, détérioration de l’image du corps et de l’estime de soi…

Or, depuis de nombreuses années, des études scientifiques ont démontré qu’une pratique physique régulière et soutenue a des effets positifs sur ces effets indésirables[2]. L’activité physique a ainsi été reconnue comme une thérapeutique non médicamenteuse par la Haute Autorité de Santé en 2011[3]. Elle permet en outre de s’inscrire dans une dynamique de projet, de reprendre la main sur sa santé, tout en se réappropriant son corps et en reprenant confiance en ses capacités.

 

Les Pôles Sport & Cancer de la CAMI en pratique  

Pour le Dr. Thierry Bouillet et Jean-Marc Descotes, co-fondateurs de la CAMI Sport & Cancer, « un programme d’activité physique est d’autant plus efficace qu’il est débuté précocement dans la prise en charge ». Il est donc important de pouvoir accompagner les patients directement sur leurs lieux de soins, et ainsi de mettre toutes les chances de leur côté.

A l’hôpital Saint-Louis AP-HP, c’est au sein des services d’hématologie-oncologie, spécialisé dans la prise en charge diagnostique et thérapeutique des syndromes lymphoprolifératifs chroniques, et d’hématologie AJA, que des Pôles Sport & Cancer ont été mis en place à partir de 2012.

Ces mêmes dispositifs ont également vu le jour dès 2013 à Gustave Roussy, au sein des services et d’hématologie adultes, spécialisés dans la prise en charge des patients atteints de maladie de la moelle et des ganglions et d’hématologie AJA.

Ces Pôles Sport & Cancer permettent aux patients suivis dans ces services de bénéficier gratuitement de deux à trois séances individuelles de 15 à 45 minutes de Thérapie Sportive chaque semaine, pendant leur hospitalisation. Ces séances sont encadrées par des Praticiens en Thérapie Sportive, formés à l’approche pédagogique et spécifique de la CAMI Sport & Cancer, le Médiété®, et titulaire du Diplôme Universitaire « Sport & Cancer ». Elles se déroulent directement en chambre (et jusqu’en chambre stérile, dans le cadre d’un protocole strict) et sont personnalisées en fonction des capacités, besoins et envies de chaque patient, qui bénéficie également d’une consultation initiale (bilan de santé et tests physiques) et d’une évaluation des effets physiques et psychologiques de leur pratique. Ce suivi permet une collaboration régulière avec les équipes soignantes du service et permet de mesurer l’impact de la Thérapie Sportive dans le traitement contre le cancer.

Thomas, touché par un cancer du sang à l’aube de ses 50 ans et accompagné par la CAMI dans le cadre de son hospitalisation, estime qu’il est important de pouvoir proposer ce type de programmes aux patients au plus tôt, alors que l’annonce de la maladie est souvent brutale. « Je trouve que l’initiative est bonne. J’ai tout de suite vu l’intérêt, les bénéfices que je pouvais en retirer et je suis content d’avoir dit oui. C’est une occasion de pratiquer une activité physique, dont le besoin me paraissait évident pour me dépenser, et d’apprendre un certain nombre de mouvements que l’on peut faire partout, et qu’il m’arrive aussi de refaire chez moi. C’est une corde supplémentaire à laquelle se raccrocher dans le cadre de la maladie, qui a des bienfaits pour le moral également. »

Pfizer est engagé de longue date dans l’accompagnement du parcours de soins des patients et notamment dans l’accès aux soins de support.

« Pour nous, l’innovation thérapeutique est indissociable de l’accompagnement du parcours de soins. Depuis plus de 10 ans nous avons lancé avec l’AFSOS le site La Vie Autour qui permet de géolocaliser les associations proposant des soins de supports. Nous avons également à cœur de favoriser l’accès à l’activité physique adaptée pour les patients en soutenant, depuis plusieurs années, la CAMI dans la mise en place de programmes d’activité physique adaptée pour les patients » souligne Sandrine Benaroche, Directrice du département oncologie de Pfizer France.

Grâce au soutien institutionnel apporté par Pfizer, la pérennisation de ces Pôles Sport & Cancer permettra à environ 200 patients par an de bénéficier d’un accompagnement lors de leur hospitalisation.

 

[1] https://www.e-cancer.fr/Expertises-et-publications/Catalogue-des-publications/Benefices-de-l-activite-physique-pendant-et-apres-cancer-Des-connaissances-aux-reperes-pratiques

[2] Institut National du Cancer (2017), Rapport d’expertise « Bénéfices de l’activité physique pendant et après cancer, des connaissances scientifiques aux repères pratiques », Boulogne-Billancourt

[3] Haute Autorité de Santé (2011), Rapport d’orientation « Développement de la prescription de thérapeutiques non médicamenteuses validées », Saint-Denis